Accueil > Références et réflexions > Articles et comptes-rendus > Le langage d’évocation à partir d’un album

Le langage d’évocation à partir d’un album

Télécharger le document

La référence au document d’application :

"C’est le rôle de l’école maternelle que de conduire une activité, de plus en plus consciente pour l’enfant, d’élaboration d’un discours précis et structuré pour se faire bien comprendre."

Pour la production du langage d’évocation

Le maître déplace l’intérêt des histoires personnelles vers le vécu collectif. Il renvoie à une expérience passée ou à venir (rappel, projet…). Il élabore des supports pour aider à la restructuration des événements passés (photos, dessins); la restitution se fait d’abord avec le maître sur le support, puis seul avec le support, puis de mémoire. Il conçoit des traces qui permettront la mise à distance : cahier de vie, correspondance écrite, courrier électronique, vidéo.

Il maintient et guide l’attention : il aide l’enfant à éviter les dispersions et à se focaliser sur la tâche dont il rappelle les exigences. Il stimule verbalement et rectifie les tentatives de l’enfant. Il valide ses réalisations.

Il va jusqu’à formater des situations stables et régulières dans le matériel, le dispositif, le déroulement de l’activité. La clarté et l’évidence des situations permettent à l’élève de se rappeler et de faire des liens entre les moments déjà vécus. Peu à peu, à l’intérieur de ce cadre, le maître complexifie les situations et introduit des modifications : complexité des événements, temps qui sépare les événements du moment où l’on en parle, caractère collectif ou individuel…

Il organise des échanges avec des destinataires extérieurs : famille, correspondants, autres classes de l’école.

Il ouvre le champ de la parole personnelle pour exprimer ses sentiments, ses interprétations, ses peurs. Il règle l’attention sur ce qui se dit, car le monde est maintenant représenté par des mots.

Il gère la discipline des échanges selon des règles qu’il explicite ou rappelle, invite à l’écoute. Il donne la parole à celui qui a l’intention de parler ; il règle les tours de parole ; il sollicite celui qui n’est pas intervenu. Il reprend les positions des uns et des autres pour baliser l’échange.

Le matériel et le type d’activités des élèves :

  1. Un temps pour investir l’histoire en atelier autonome : le livre « le chaton désobéissant » d’après la tradition russe Albums du père Castor. Le livre peut être laissé aux élèves avec des dessins décalqués des principaux personnages à retrouver et placer à leur juste place dans les pages du livre (animaux différents mais aussi parents et enfants). D’autres détails logiques de l’histoire peuvent être dessinés : les grandes oreilles du lapin et sa petite queue ; la queue rousse et touffue de l’écureuil ; le museau pointu du blaireau ; les piquants du hérisson,  la noisette de l’écureuil.
  2. Un temps de lecture active pour apprendre à comprendre en demi-classe : les mêmes personnages prévus dans le temps n°1 mais en nombre suffisant pour que chaque élève en possède un : l’enseignant lit l’histoire et demande à chaque élève de montrer si son personnage appartient ou non à ce moment de l’histoire. L’enseignant relit l’histoire en montrant les images pour justifier si l’élève a raison et pourquoi.
  3. Un temps pour mémoriser la trame narrative en atelier dirigé : l’histoire est lue page à page avec une demande d’imagination de la suite immédiate.
  4. Un temps pour apprendre les formules syntaxiques, les connecteurs en atelier dirigé : inversion du sujet dans la question, « mais »qui signifie l’opposition. L’histoire est lue page à page et les élèves ont des marottes réalisées avec des photocopies agrandies des personnages qu’ils font parler pour reproduire ce qui vient d’être lu.  
  5. Un temps pour s’entraîner en atelier avec l’atsem : avec les marottes des personnages de l’histoire, les élèves tentent de raconter plusieurs moments de l’histoire à l’ATSEM.
  6. Un temps d’évaluation en demi-classe : les élèves doivent raconter l’histoire à un élève absent en feuilletant le livre ou adresser une cassette audio à des correspondants accompagné du livre.