Accueil > Références et réflexions > Articles et comptes-rendus

Articles et comptes-rendus

Retrouvez ici des articles, des compte-rendus de conférences autour du jeune enfant, de ses apprentissages, de la conduite de classe, mais aussi sur des thèmes plus généraux concernant le monde de l'éducation et celui de la petite enfance.

 

  • Le jeune enfant
  • La classe : Le langage
  • La classe : Autres domaines
  • Articles de fond

Spécificités de la consigne à l’école maternelle et définition de la tâche - M-T Zerbatto-Poudou

Comprendre une tâche pour un élève, c’est non seulement identifier les actions concrètes à réaliser mais également pouvoir donner du sens à son activité. Autrement dit, c’est dans cette situation spécifiquement scolaire que l’élève construit son rapport au savoir, construction d’autant plus importante qu’elle apparaît souvent déficiente chez les élèves en difficulté.
Or, dans cette perspective de construction de sens, la consigne ne suffit pas à elle seule, surtout si elle reste centrée sur les actions concrètes comme on le constate le plus souvent. Il faut l’envisager comme faisant partie d’un ensemble où le moment d’évaluation et de guidage ont un rôle tout aussi important à jouer.

 

L'acquisition du nombre : les tout débuts (de la naissance à 4 ans)

Compte-rendu de l'intervention de Michel Fayol - 7èmes Journées de la Petite Enfance

En mathématiques, les différentes comparaisons internationales réalisées (PISA, par ex.) montrent une très nette domination des élèves d'Asie du Sud-est, et ce quel que soit l'âge des enfants testés. La France, bien que légèrement au-dessus de la moyenne internationale se caractérise par une importante dispersion (écart entre les élèves). De plus, les différences entre élèves, loin de se réduire ont tendance à s'accroître au cours de la scolarité.
Peut-on alors dire que l'école maintient ou accroit les inégalités ? En fait, les études montrent que ces inégalités sont très précoces et dépendantes du milieu socio-culturel.

 

Les fabuleuses capacités des enfants de 5 – 6 ans - Mireille Brigaudiot

Compte-rendu de la conférence prononcée lors des 6èmes Entretiens de la Petite Enfance, Cassis 2011.
Ce travail porte sur une tranche d’âge qu’on a tendance à oublier parce qu’elle est la dernière année de la petite enfance. De 5 à 6 ans, c’est l’année du "preschool" et des "kindergarten" dans de nombreux pays, et en France, celle des haltes-garderies, des centres de loisirs et dans les écoles maternelles, des moyennes et grandes sections.

Du côté des non-spécialistes, les enfants de cet âge sont trop souvent considérés, soit comme des petits qui ne font que jouer, soit comme des grands en plus petits et alors il arrive qu’on leur fasse faire un CP en miniature…

D’où ce titre dont le but est d’attirer l’attention des éducateurs qui les accueillent sur ce qui mobilise très fortement leur intelligence à cet âge. La zone explorée est celle de la subjectivité dans le langage. Après avoir développé la question je proposerai des pistes d’attitudes professionnelles.

 

Actes des 6èmes Entretiens de la petite enfance. Cassis, 4 et 5 mai 2011

Travailler avec des enfants : qui sont les enfants ? Quel est le travail ? - Françoise Carraud, Maitre de conférences, Université de Lyon 2

Ces livres qui font grandir les enfants - Joëlle Turin. Formatrice et critique de littérature de jeunesse

L’éducation des jeunes enfants : quelles compétences pour demain ? - Agnès Florin, Professeur de psychologie de l’enfant et de l’éducation, Université de Nantes

 

L'acquisition du nombre chez l'enfant - R. Bastien

Il est utile de se rappeler que le nombre peut posséder différents sens, ces derniers sont abordés parfois de façon plus ou moins implicite, telle la désignation d'un numéro (j'habite au 12 de la rue...) ou sa valeur ordinale (nous sommes le 4 janvier ; combien existe-t-il de poiriers entre le 4ème et le 7ème poirier ?), alors que trop souvent la référence au cardinal (ou à la quantité) est étudiée en classe.

 

Le développement du jeune enfant - D. Fournet

On étudiera trois âges qui correspondent au trois sections de maternelle et trois grands domaines du développement de l’enfant :

 

Les grandes étapes du développement du langage - G. Lemieux

L’apparition des premiers mots chez un enfant constitue un événement marquant qui est habituellement salué avec beaucoup d’enthousiasme par les parents. Mais l’on n’est pas toujours conscient des multiples facettes du développement qui sous-tendent l’apparition de ces premiers mots, lesquels ne représentent en fait que la pointe d’un immense iceberg.

 

Désirs des adultes, besoins des enfants, dans les échanges verbaux entre 2 et 4 ans - M. Brigaudiot

Compte-rendu de l'intervention de Mireille Brigaudiot - 5èmes Journées de la Petite Enfance
Entre le petit enfant et sa mère, on observe des échanges asymétriques : c'est l'adulte qui maîtrise la langue et les rites conversationnels.

 

L’apprentissage du langage - E. Canut

L'apprentissage du langage s'effectue différemment d'un enfant à un autre parce qu'il est étroitement dépendant des offres langagières qui sont faites à l'enfant par les adultes de son entourage : dès son plus jeune âge, l'enfant apprend à parler et à penser en s'appuyant sur les éléments lexicaux et grammaticaux proposés par les adultes. Si cette affirmation peut paraître triviale, les verbalisations de l'adulte n’auront cependant d’effet pour l'apprentissage que si l'adulte offre à l'enfant un fonctionnement langagier qui convient à ce qu'il cherche à exprimer, au moment où il en a besoin - un fonctionnement langagier proche de ses capacités du moment mais les excédant légèrement.

 

Favoriser les compétences phonologiques en GS - R. Goigoux, S. Cèbe

Article publié dans la revue Repères, n° 26-27, 2002-2003, Actes du colloque de mars 2002 « L’écriture et son apprentissage », organisé par l’INRP, janvier 2004.

L’enseignement réfléchi de la langue commence avant le début de la scolarité obligatoire. L’apprentissage de la lecture-écriture requiert en effet la maîtrise consciente et le contrôle intentionnel de nombreuses connaissances linguistiques, en particulier phonologiques. Les capacités métaphonologiques précoces semblent faciliter cet apprentissage grâce à l’allégement de la charge cognitive qu’elle autorise lors de l’étude de l’écrit (Gombert, 1999). Nous exposerons dans cet article notre propre conception de cet enseignement à travers la présentation d’un instrument didactique que nous avons conçu pour aider les enseignants de grande section de maternelle dans leur travail au service de tous les élèves.

Grandir avec les livres, avant d’apprendre à lire - V. Bouysse

Compte-rendu de l'intervention de Viviane Bouysse - 8èmes journées de la petite enfance

Nous savons ce que nous devons à l’histoire de l’école publique, particulièrement à la maternelle, en ce qui concerne la lecture et l’entrée dans la culture par le biais des livres. Cependant le travail est encore à améliorer pour être plus efficient.
Souvent les enfants sont mis très tôt en contact avec les livres, mais le relais et la médiation sont à développer. Le travail effectué n'est pas aussi efficace et positif qu'il devrait l'être : on met très tôt les enfants au contact des livres mais ça manque d'efficacité.

 

L’évaluation du langage oral - J.A. Rondal

Il s’agit d’une part de la volonté d’évaluer le langage chez les enfants de maternelle de façon à aider les enseignants à mieux cibler leurs activités afin d’améliorer les développements individuels. Il s’agit d’autre part d’adopter une perspective plus orientée vers les difficultés de développement de certains enfants. Ces deux propositions conduisent à une double série de questions.

 

L’évaluation du langage oral - J.A. Rondal - Questions/Réponses

Il s’agit d’une part de la volonté d’évaluer le langage chez les enfants de maternelle de façon à aider les enseignants à mieux cibler leurs activités afin d’améliorer les développements individuels. Il s’agit d’autre part d’adopter une perspective plus orientée vers les difficultés de développement de certains enfants. Ces deux propositions conduisent à une double série de questions.

 

Réflexion autour du langage - N. Berthé

L’accompagnement de l’enfant tout au long de son parcours à l’école maternelle, trois ou quatre ans pour certains, doit être pensé et organisé par l’ensemble des enseignants. Il s’agit bien de l’équipe et non plus de l’enseignant seul dans sa classe qui, au travers des expériences échangées, structure les apprentissages langagiers de tous. Une réflexion concertée continue est nécessaire, réflexion conduite sur des objets communs préalablement définis afin de réussir à formaliser les situations d’apprentissage et leurs contenus.

 

Devenir élève - Michel Grandaty, Iufm de Toulouse, chercheur associé à l'Inrp

En quoi un traitement didactique de l'oral transforme-t-il un enfant de petite section de maternelle en élève ?
L'enfant ne devient pas élève, comme par magie, en passant pour la première fois la porte de son école. Ce rôle que l'enfant a à jouer et le statut qui lui est conféré subit depuis 20 ans un processus de transformation, processus engendré par un traitement différent de l'usage de la parole dans la classe.

 

Le développement du lexique et l’aide aux apprentissages - A. Florin

Le développement du langage est à la fois celui des instruments du langage (prononciation, lexique, syntaxe) et de ses usages. Dans ce développement, celui du vocabulaire tient une place importante...
Conférence prononcée dans le cadre des réunions organisées par la Commission départementale maîtrise de la langue et du langage de Seine-Saint-Denis.

 

Les activités langagières des élèves à l’école maternelle - A. Vinot

Véronique Boiron, maître de conférences en lettres à l’IUFM de Bordeaux, chercheure au DAESL, Bordeaux 2 et chercheure associée au LEAPE, Paris 5, spécialiste du langage, répond à nos questions concernant les activités langagières des élèves à l’école maternelle.

 

Langage de l’adulte / langage de l’enfant

L’apprentissage du langage oral par les élèves est bien perçue comme la première des priorités de la maternelle par la quasi-totalité des enseignants mais, dans les faits, les enfants n’ont que peu d’occasion de parler à l’école et la parole de l’adulte envahit l’espace sonore.

 

Le langage d’évocation à partir d’un album

C’est le rôle de l’école maternelle que de conduire une activité, de plus en plus consciente pour l’enfant, d’élaboration d’un discours précis et structuré pour se faire bien comprendre.

 

Choisir des livres pour les tout-petits, quels critères, quel corpus ? - M. Butlen

Compte-rendu de l'intervention de Max Butlen - 5èmes Journées de la Petite Enfance
Chacun sait que le livre, l'album, est un outil de communication et d'enrichissement culturel réciproque entre l'adulte et l'enfant. Il y a du plaisir à lire ensemble, écouter ensemble, regarder ensemble…

 

La pédagogie du langage à l’école maternelle - P. Boisseau, IEN

L’interaction aide l’enfant à construire son langage. Les interactions ne doivent pas se confondre avec les tactiques d’animation développées, par exemple, en grand groupe, avec beaucoup d’élèves. Celles-ci visent surtout la quantité des émissions plutôt que la qualité des productions. En effet, il s’agit de faire parler le plus grand nombre d’élèves, d’obtenir la prise de parole de chacun.

 

Du langage d'action au langage d'évocation - Ch. Bompard, IEN

Le langage oral est l'axe majeur des activités à l'école maternelle. Au cours de leur première année d'école maternelle, les tout-petits ne savent souvent que produire de très courtes suites de mots et disposent d'un lexique limité. Lorsqu'ils quittent l'école maternelle, ils peuvent construire des phrases complexes et les articuler. Ils sont capables, à ce moment, de raconter une histoire, décrire un objet, expliquer un phénomène.

 

La section des Petits : une classe d'accueil pour une scolarité réussie

Compte-rendu de l'intervention de Viviane Bouysse - 7èmes Journées de la Petite Enfance

Le titre fait écho aux textes des programmes de 2002 : "Permettre à chaque enfant une première expérience scolaire réussie est l'objectif majeur de l'école maternelle", à mettre en parallèles avec ceux des programmes de 2008 : "L’école maternelle a pour finalité d’aider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome et à s’approprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les apprentissages fondamentaux", qui n'expriment pas tout à fait la même conception de l'école maternelle.

 

Le jeu, les jeux à l'école : quelques repères théoriques

Une réflexion permettant de re-situer le jeu pour une meilleure intégration dans les apprentissages, l'utilisation de jeux, l'installation de coins-jeu permanents et évolutifs dans la classe ou dans l'école.

 

Les coins jeux à l’école maternelle - A.M Doly

"La création d’une aire transitionnelle est une condition nécessaire pour permette à un individu, à un groupe, de retrouver sa confiance dans sa propre continuité, dans sa capacité d’établir des liens entre lui-même et le monde, les autres ; dans sa faculté de jouer, de symboliser, de penser et de créer" (Didier Anzieu, Le corps de l’œuvre, Gallimard, Paris, 1981).

 

L’entrée dans l’écrit par un apprentissage structuré du geste d’écriture - D. Dumont

Loin de focaliser l’attention sur le tracé des lettres, au risque de faire glisser l’acte d’écriture vers le graphisme/dessin de lettres ou de parties de lettres, un métalangage désignant les unités graphiques permettrait à l'enfant de nommer, donc de discriminer, les éléments constitutifs des lettres et donne, de ce fait, aux lettres une meilleure visibilité donc au texte une meilleure lisibilité.

 

Entre exigences, invisibilité et empêchement - Françoise Carraud

En préalable, il est important de noter que ces métiers de la petite enfance, qu’ils s’exercent à l’école, à la maison ou à la crèche, sont rarement investigués par la recherche. Ils semblent à la fois parfaitement connus et peu intéressants à connaître car ils renvoient à des activités quotidiennes, domestiques connues de tous et rarement reconnues comme des activités professionnelles à part entière. De plus ces activités ignorées sont, pour une large part, invisibles, nous y reviendront largement.

C’est particulièrement vrai concernant l’école où seules les activités liées aux apprentissages formels, codifiés par les textes officiels, sont envisagées, reconnues et étudiées (et surtout jugées) comme si toutes les autres tâches réalisées avant, après et même pendant ces temps d’apprentissage ne relevaient pas du métier enseignant.

 

Les spécificités des modes d’accueil pour les enfants de deux ans - Agnès Florin

En quoi les modes d’accueil des enfants de deux ans sont-ils ou devraient-ils être spécifiques ?
Quels pourraient être les aménagements à apporter à l’école maternelle pour développer un accueil de qualité des enfants de deux ans ?

 

La vraie crise de l’école - Monique Dagnaud

La difficulté à intégrer les nouvelles générations se posant en fléau national, les quelque cinquante mesures que propose le gouvernement en faveur de la jeunesse sont bien accueillies et applaudies unanimement. Mais, pour l’essentiel, ces mesures sont un cache-misère. Elles offrent un palliatif pour combler les défaillances d’un autre pan des politiques publiques : notre système scolaire.

 

Le décrochage scolaire, une Grande Cause nationale - Maxime Legrand

Près de 150 000 personnes en sont victimes chaque année, il touche majoritairement des garçons, et laisse très peu d'espoir d'en sortir. Maladie grave ? Non, décrochage scolaire.

 

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser

Entretien entre Marcel Gauchet et Philippe Meirieu rapporté par Nicolas Truong

On demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ? Ils concernent au moins quatre fronts : les rapports entre la famille et l'école, le sens des savoirs, le statut de l'autorité, la place de l'école dans la société. A priori, famille et école ont la même visée d'élever les enfants : la famille éduque, l'école instruit, disait-on jadis. En pratique, les choses sont devenues bien plus compliquées...

 

Le coût humain du système scolaire - Monique Dagnaud

Analysant les mesures avancées par François Hollande envers l’école, Olivier Galland en critique la timidité et le caractère classique (la dépense publique). Elles lui semblent, in fine, insuffisantes pour renverser la vapeur sur un point crucial : le nombre de jeunes qui sortent sans formation du cycle scolaire, un nombre qui, me semble-t-il, va au-delà des 20 % toujours cités. Il préconise une approche plus qualitative (autonomie des établissements, évolution du métier d’enseignant). Je partage pleinement ce diagnostic, et adhère à ces quelques propositions. Mais ne faut-il pas être plus radical si l’on veut enrayer « ce mal français » ?

 

L'accueil de la petite enfance en Europe - S. Rayna

Cette note de synthèse porte sur l’organisation et le contenu de l’offre d’accueil de la petite enfance en Europe. Par accueil sera entendue l’offre concernant les enfants et les parents d’enfants n’ayant pas atteint l’âge de la scolarité obligatoire (qui varie selon les pays). Afin de savoir plus précisément si son organisation est adaptée aux situations observées aujourd’hui dans les zones urbaines les plus fragiles et quelle est sa qualité, il s’agira d’identifier les différents types de réponse des politiques locales à l’augmentation et à la diversification des besoins d’accueil, et en particulier à ceux des milieux les plus précarisés.

 

Épanouissement de l'enfant, apprentissage(s) : il n'y a pas à choisir - V. Bouysse

Compte-rendu de l'intervention de Viviane Bouysse - 5èmes Journées de la Petite Enfance
On parlera ici des apprentissages en milieu collectif. Crèche et école ont des visées différentes, alors que la crèche est également un milieu d'apprentissage mais ne le prend pas encore vraiment en compte.

 

Défendre et transformer l’école maternelle - C. Passerieux, GFEN

Les enfants qui entrent à l’école maternelle rencontrent de nouvelles pratiques sociales très spécifiques, revêtant un caractère d’étrangeté pour nombre d’entre eux, particulièrement ceux qui sont issus des classes populaires et ne sont pas d’emblée en connivence culturelle avec l’école (Ecole et savoirs dans les banlieues et ailleurs Bernard Charlot Jean-Yves Rochex Elisabeth Bautier Colin 1992). Ils sont confrontés à des pratiques langagières, des normes, des codes, des attentes qui ne leur sont pas familiers.