L’accueil du jeune enfant à l’école

Dans quelle structure ?

Télécharger le document

On trouve diverses options qui ont toutes des avantages et des inconvénients.

Lorsqu’on scolarise à deux ans

La classe de tout-petits : tous les enfants de 2 ans sont réunis dans la même forme d'organisation suppose un groupe important, qui peut être lourd à gérer pour l'enseignant. Sa mise en place et son fonctionnement (espace, mobilier, emploi du temps…) seront plus faciles à adapter aux enfants mais le milieu risque d'être peu stimulant pour les enfants et lassant pour l’enseignant.

La classe de tout-petits/petits avec tous les deux ans et les plus jeunes des trois ans. Son organisation sera plus difficile, surtout sur le plan temporel. En revanche, le milieu sera plus intéressant pour les enfants et pour l’enseignant mais celui-ci risque de privilégier les plus âgés et de laisser les plus jeunes dans l’attente. Si le nombre d'enfants de deux ans est important, on court le risque de ne pas assez stimuler les enfants et de freiner les apprentissages, notamment des plus âgés.

Deux classes de tout-petits/petits dans lesquelles les enfants de deux ans et de trois ans sont répartis pour construire deux classes homogènes tant par le nombre d'enfants de chaque niveau que par leur mois de naissance. Cette structure plus difficile à gérer en termes d'organisation et de différenciation des activités proposées et des attentes de l'enseignant offrira un milieu plus stimulant pour les enfants sur les plans langagier et développemental. En outre, la juxtaposition de deux classes identiques permet la mise en place d'échanges et de partages entre les enseignants : préparations, organisation, décloisonnement...

Lorsqu’on ne scolarise qu’à trois ans

La classe des petits : c'est la structure traditionnelle à mettre en place s’il y a entre 26 et 30 petits dans l'école.

La classe de petits/moyens mise en place parallèlement à une classe de petits et intégrant les plus grands des Petits ou les plus jeunes des Moyens : on court alors le risque d’avoir soit un groupe de petits que l’on tire "de force" vers la section de moyens soit un groupe de moyens que l'on maintient "de force" au niveau inférieur ; il existe également un risque de négliger les apprentissages du groupe des plus jeunes.

Deux classes de petits/moyens dans lesquelles les enfants de trois ans et de quatre ans sont répartis pour construire deux classes homogènes tant par le nombre d'enfants de chaque niveau que par leur mois de naissance : c'est une structure stimulante pour les enfants mais qui demande un travail plus complexe pour les enseignants, en partie pondéré par la possibilité des échanges entre les deux enseignants.

Une classe de petits/grands : C'est une structure difficile à mettre en place au début, tant du point de vue fonctionnel (mobilier, matériel...) que du côté de l'organisation (emploi du temps, types d'activités...) car les besoins et les capacités des enfants sont très différents. La grande différence de maturité limite la durée des séances en commun. En revanche, l’autonomie des plus grands peut permettre au maître une plus grande disponibilité pour les plus petits et inversement, le temps de repos indispensable aux plus jeunes donnera du temps d'enseignement aux grands. Un système de tutorat se mettra en place, en partie spontanément, et devra être guidé par l'enseignant.

Une classe de cycle avec petits, moyens et grands : structure très riche mais hors contingences locales, qui exige un enseignant motivé et un projet spécifique. Ne pas mettre en place ce type de classe pour écrêter les cohortes et n’avoir par ailleurs que des classes à une seule section.