Aperçu

sur l'école maternelle française

Télécharger le document

Un peu d'histoire

Dès le milieu du XVIII° siècle, on a créé des lieux de garde pour les jeunes enfants des populations ouvrières, souvent appelés "salles d'asile". À l'origine destinés à protéger les enfants des dangers de la rue tant pour eux-mêmes que pour leur éviter de "mauvaises fréquentations" et par là de "mauvaises habitudes", on en vint très vite à vouloir leur donner quelques apprentissages qui leur seraient utiles pour leur future vie d'ouvriers (écoles de tricotage).

Dans la première moitié du XIX° siècle, sous l'impulsion de Marie Pape-Carpantier, les salles d'asile sont reconnues comme étant un lieu pédagogique et sont rattachées au ministère de l'Instruction Publique. Elles prendront officiellement le nom d'écoles maternelles en 1881 et seront placées sous l'autorité de Pauline Kergomard, première inspectrice générale. Cette école maternelle entre dans le cadre des lois de Jules Ferry, gratuite, laïque mais elle n'est pas obligatoire. Les premiers programmes officiels pour l'école maternelle ne seront publiés que 20 ans plus tard, en 1901.

Pendant longtemps, ce sera la seule école officiellement mixte du système français, mais elle sera toujours confiée à des femmes.

Aujourd'hui, la quasi-totalité des enfants de 3 à 5 ans sont scolarisés dans une école maternelle.

Fonctionnement

L'école maternelle est soumise aux mêmes lois et règlements que l'école élémentaire quant aux horaires, vacances, formation des maîtres, programmes d'enseignement, organisation, évaluation…

Néanmoins, elle sait s'adapter à son public en privilégiant des modes d'apprentissage par le jeu, en respectant les rythmes particuliers des plus petits (besoin de repos), en institutionnalisant la présence d'assistants à l'enseignant (ATSEM) notamment pour les besoins d'hygiène…

Les élèves sont répartis en 3 sections (4 si l'école accueille des enfants de 2 ans) :

Même si les programmes de l'école maternelle posent un regard global sur les apprentissages qui y sont effectués, chaque section a des objectifs spécifiques, en lien avec les capacités des enfants.

Programmes

http://www.education.gouv.fr/bo/2008/hs3/programme_maternelle.htm

L'objectif essentiel de l'école maternelle : aider chaque enfant à devenir autonome et à s'approprier des connaissances et des compétences. Il doit acquérir un langage oral riche, organisé et compréhensible par l'autre. La finalité est de réussir au cours préparatoire.
Les apprentissages se structurent selon cinq domaines :

S'approprier le langage - Découvrir l'écrit

Le langage oral est le pivot des apprentissages de l'école maternelle. Les enfants apprennent à échanger, à s'exprimer. Une attention particulière est portée à la compréhension de récits de plus en plus complexes. La manipulation de la langue permet aux enfants :

Le travail sur les sons de la parole, l'acquisition du principe alphabétique et des gestes de l'écriture préparent l'apprentissage systématique de la lecture et de l'écriture qui commencera au cours préparatoire.

Devenir élève

L'objectif est d'apprendre à l'enfant à reconnaître :

Devenir élève relève d'un processus progressif qui demande à l'enseignant à la fois souplesse et rigueur.

Agir et s'exprimer avec son corps

L'enfant découvre les possibilités de son corps par la pratique d'activités physiques libres ou guidées, par la pratique d'activités qui comportent des règles, des activités d'expression à visée artistique. Il acquiert ainsi une image orientée de son propre corps. Il construit des actions motrices essentielles : se déplacer, assurer son équilibre et manipuler des objets, les projeter ou les recevoir.

Découvrir le monde

À l'école maternelle, l'enfant découvre le monde proche ; il apprend à prendre et utiliser des repères spatiaux et temporels. Il observe, il pose des questions et apprend à adopter un autre point de vue que le sien propre et sa confrontation avec la pensée logique lui donne le goût du raisonnement. Il devient capable de classer, d'ordonner et de décrire, grâce au langage et à des formes variées de représentation (dessins, schémas). Il commence à comprendre ce qui distingue le vivant du non-vivant (matière, objets).

Percevoir, sentir, imaginer, créer

L'école maternelle propose une première sensibilisation artistique. Le dessin et les compositions plastiques (fabrication d'objets) d'une part, la voix et l'écoute d'autre part, accroissent les possibilités sensorielles de l'enfant.

Évaluation

Tout au long des apprentissages, l'élève doit être évalué et cela commence dès la première année de maternelle. L'évaluation de ses élèves est le principal outil de travail de l'enseignant pour programmer les activités scolaires collectives et individuelles.

L'évaluation en maternelle se pratique sous diverses formes et toutes ne sont pas ritualisées ou institutionnalisées. L'enseignant utilisera selon les moments :

Une évaluation initiale, qui lui sert à situer les connaissances et compétences de l'élève ;
Une évaluation continue "à la volée" pour re-situer l'élève dans la progression de ses apprentissages ;
Une évaluation systématique, lui permettant de vérifier les progrès à un instant "T" dans certains domaines, de savoir où l'enfant en est dans les différentes compétences à acquérir et de le positionner par rapport au groupe.

Évaluer ne signifie pas multiplier les fiches avec des petits bonhommes qui rient ou qui pleurent mais saisir dans tous les moments de classe les indices qui permettront de pointer un progrès.
L'évaluation se fait avec l'enfant, en soulignant les réussites et les progrès et en cherchant avec lui les moyens de surmonter ses difficultés.

Les parents sont régulièrement informés des progrès de leur enfant et un livret récapitulatif leur est communiqué.