Évaluer le langage oral à l’école maternelle

Télécharger le document

I. L’intérêt d’une évaluation

On évalue pour obtenir des précisions qui permettront :

 

II. Le contenu de l’évaluation

Les principales composantes du langage

L’évaluation doit porter sur les principales composantes de la fonction langagière :

Remarques

Il existe plusieurs niveaux de compréhension :

niveau 1 : compréhension contextuelle, prosodique. Consiste à deviner le sens d'un message à partir du contexte situationnel, de la "musique des mots" (intonations)

niveau 2 : compréhension lexicale. Le sens général est trouvé à partir du sens des mots.

niveau 3 : compréhension morphosyntaxique (et lexicale). Les lexèmes sont analysés dans leur organisation entre eux.

Le niveau de compréhension est supérieur au niveau de production, ce qui s’explique par l’écart entre le vocabulaire et les structures actives/passives.
On retrouvera ce même écart à l'écrit.

Les compétences à évaluer

C'est la conjonction des quatre aspects suivants qui rend un discours compréhensible.

Les compétences phonologiques : il s’agit de savoir reconnaître et produire les 38 phonèmes de la langue française. Rappelons qu'une bonne prise de conscience phonologique annonce de bonnes performances en lecture.

Les compétences lexicales : elles permettent les activités cognitives d’associations, d’opposition, de catégorisation… On s'appuiera sur la fréquence d'emploi.

Les compétences morpho-syntaxiques : elles sont en nombre restreint et se retrouvent dans les activités scolaires qui vont de l’étude de l'organisation générale du texte à la justesse de l'information.

Les compétences pragmatiques : elles sont fondamentales mais étroitement liées aux autres compétences et aux situations mises effectivement en œuvre dans la classe.

 

III. Les modalités de l’évaluation

Comment ?

Par petits groupes pour la plupart des compétences et des élèves, en individuel pour certaines compétences et certains élèves

Quand ?

Durant des séances spécifiques, mais aussi pendant des temps privilégiés, comme par exemple le matin pendant l’accueil, l’après-midi pour les moyens dans les sections de petits/moyens, dans les créneaux de soutien en début d’année s’il y a accord de l’IEN, dans des temps de décloisonnement (sieste des PS)...

Quels outils ?

Des repères en termes de calendrier du développement langagier de l’enfant ; des tables de fréquence ; des listes de mots, de structures ; des imagiers ; des images avec quelques différences pour la morpho-syntaxe ; des textes simples et plus complexes.

On construira des grilles avec les indicateurs ciblés lors de l'évaluation.