Accueil > Enseigner en maternelle > CAFIPEMF > Critique - Conduire un entretien en maternelle

Conduire un entretien en maternelle

La critique de séquence en maternelle

Télécharger le document

Les lignes qui suivent s’adressent à tous les enseignants qui vont passer l’épreuve dite de "critique de leçon" dans une école maternelle et principalement à ceux qui officient habituellement en élémentaire. Elles ne prétendent pas se substituer aux visites de classes maternelles qu’ils peuvent effectuer avec un conseiller pédagogique ni aux lectures d’ouvrages didactiques que nous les engageons à effectuer mais elles se proposent de les aider dans l’effort d’adaptation qu’ils vont devoir fournir pour observer le plus efficacement une classe dont le fonctionnement risque de les déstabiliser, étape incontournable pour mener à bien un entretien avec un débutant.

 

1. L’organisation matérielle

Le lieu

Le manque de local libre dans l’école peut vous contraindre à conduire l’entretien dans la classe mais c’est assez rare. Habituellement l’entretien a lieu dans la salle des maîtres ou dans la bibliothèque. Le mobilier se révèle plus confortable pour des adultes mais le changement de lieu présente l’inconvénient de vous priver d’appuis concrets pour certaines de vos remarques. Il faut donc penser à emporter ce dont vous aurez besoin pour étayer l’entretien : préparation du maître, matériel utilisé quand il est transportable, fiches proposées aux élèves, travaux réalisés durant la séquence…
Attention quand même à ne pas provoquer un véritable déménagement qui ne manquera pas d’agacer votre collègue.

La gestion de l’espace

Le jury installera peut-être les tables dans ce cas vous n’aurez pas à hésiter sur la disposition à adopter. Si ce n’est pas le cas, placez-vous face au débutant de manière à ce que le jury vous voie tous les deux de profil. Soyez surtout très attentif à ne pas tourner vous-même le dos au jury.

Par ailleurs, évitez de faire asseoir l’enseignant à côté de vous pour analyser divers supports avec lui ; son regard serait attiré par vos notes et votre échange en serait perturbé. Une certaine distance entre vous semble souhaitable, la largeur d’une table de restauration convient très bien, environ 80 cm.

 

2. Le déroulement de l’entretien

L’entrée en matière

Vous l’aurez préparée durant la dizaine de minutes que vous laisse le jury entre la fin de la phase d’observation et l’entretien. Il est d’usage de remercier l’enseignant qui se prête au jeu. Ne manquez pas de le faire sans vous y attarder. Vous devez :

Le corps de l’entretien

La vraie difficulté de tout entretien réside dans l’équilibre de l’échange. Vous devez diriger l’entretien sans pour autant monopoliser la parole. Vous allez donc devoir encourager l’enseignant réservé à parler ou cadrer plus fermement le bavard impénitent. L’exercice peut s’avérer délicat.

Quelques suggestions :

Surtout : restez toujours souple dans la forme mais ferme sur le fond.

La conclusion

C’est sur elle que va rester votre interlocuteur. Elle doit donc :

 

3. Quelques situations déstabilisantes

L’épreuve se déroule avec des débutants nommés à l’année et, de ce fait, connus par les équipes de circonscription ; cela limite les imprévus que l’on pouvait rencontrer avec des étudiants en stage de formation.

Soyez convaincu qu’on essaie de vous mettre en présence de débutants dotés d’un profil standard : engagement professionnel effectif et maladresses de mise en œuvre. Néanmoins, demeure une part d’impondérable qui peut venir de la séquence présentée, de l’attitude de l’enseignant durant l’entretien ou de certains aspects de sa posture professionnelle voire personnelle.

La séquence

Vous assisterez probablement à une séquence intéressante, bien préparée, avec quelques approximations quant à l’activité réelle de tous les élèves, l’adaptation du dispositif à l’objectif poursuivi… Toutefois vous pouvez être amené à observer :

Dans les deux cas, vous devez dire au débutant  - et au jury - ce que vous pensez de sa séquence, sans emphase dans le premier cas et sans sévérité excessive dans le second.

Avec le débutant très efficace, ne mégotez pas sur des détails, élargissez plutôt le champ d’investigation (l’insertion de la séance dans la séquence, les autres manières de travailler dans le domaine concerné…)
Avec le collègue en difficulté, centrez vos commentaires négatifs sur un seul point, montrez bien que vous évaluez sa séance et non sa personne et valorisez ce qui vous paraît plus valable même si, au fond de vous, vous pensez que c’est quand même assez accessoire.

Vous pourrez demander, après l’épreuve, à bénéficier d’un bref moment d’entretien avec le jury hors de la présence de l’enseignant et expliquer pourquoi, au vu des difficultés que vous avez rencontrées, vous avez choisi de souligner tel ou tel élément de la séance observée.

L’entretien

Nous avons évoqué plus haut le collègue tétanisé par la présence du jury ou au contraire excité ; l’alternance de questions fermées et ouvertes permet souvent de réguler l’échange.

Vous pouvez malheureusement connaître une situation plus désagréable : le jeune collègue qui ne joue pas le jeu durant l’entretien - il est dans le déni face à la moindre critique et c’est d’autant plus facile en maternelle que l’observateur dispose souvent de peu de traces écrites de ce qu’il annonce ou il ne cache pas son scepticisme face à vos conseils. Essayez de ne pas vous décontenancer, de garder le fil de ce que vous avez élaboré et dites-vous que tous les membres du jury ont déjà été confrontés à ce genre d’interlocuteur avec lequel il s’avère impossible de mener un entretien constructif.

Certains aspects dérangeants

Un petit nombre de débutants n’ont pas intégré qu’ils incarnaient l’institution auprès des élèves qu’on leur confie, aussi jeunes soient-ils, et auprès de leurs parents. Ils arborent donc en classe des tenues et une expression inadaptées.

Vous ne pouvez, particulièrement en maternelle, faire l’impasse sur tout ce qui a trait au langage de l’enseignant. Insistez sur la nécessité d’une parole magistrale cela vous permettra de ne pas remettre en cause la façon de parler de la personne hors de la classe.
En revanche, il paraît très délicat, dans le contexte de l’épreuve, c’est-à-dire devant cinq personnes, de signaler à un collègue que les élèves ne doivent rien découvrir de son anatomie quand il se baisse pour se mettre à leur hauteur ou que ses cheveux gagneraient à un usage plus régulier du shampoing. Dans cette situation, à vrai dire extrêmement gênante, mieux vaut sans doute ne rien dire et évoquer devant le jury, hors de la présence du collègue, le dilemme dans lequel vous avez été placé.

 

Une dernière remarque : le texte officiel ouvre la possibilité d’un bref entretien entre le jury et le candidat après la critique de leçon. La nécessité de passer à la soutenance de mémoire conduit parfois à sa suppression. N’hésitez pas toutefois à demander à parler au jury dès que l’enseignant est parti, si vous pensez que la manière dont vous avez conduit l’entretien justifie une explication.