Accueil > Enseigner en maternelle > CAFIPEMF > Critique - Observer un débutant en maternelle

Observer un débutant en maternelle

La critique de séquence en maternelle

Télécharger le document

Les lignes qui suivent s’adressent à tous les enseignants qui vont passer l’épreuve dite de "critique de leçon" dans une école maternelle et principalement à ceux qui officient habituellement en élémentaire. Elles ne prétendent pas se substituer aux visites de classes maternelles qu’ils peuvent effectuer avec un conseiller pédagogique ni aux lectures d’ouvrages didactiques que nous les engageons à effectuer mais elles se proposent de les aider dans l’effort d’adaptation qu’ils vont devoir fournir pour observer le plus efficacement une classe dont le fonctionnement risque de les déstabiliser, étape incontournable pour mener à bien un entretien avec un débutant.

 

1. Quelques remarques pratiques

Les conditions matérielles

Le déroulement des journées en maternelle ne laisse guère la possibilité à un enseignant de s’asseoir à son bureau même de courtes minutes. En conséquence, les enseignants, quand ils gardent un bureau magistral ce qui n’est pas toujours le cas, le placent où ils peuvent, à l’entrée ou dans un coin où il fait office de cloison mais ne se préoccupent pas de l’orienter de telle sorte que l’on puisse, de là, avoir un œil sur les élèves. Vous ne pourrez donc pas comme en élémentaire vous installer au bureau pour noter vos remarques durant la phase d’observation.
Il faut donc vous attendre à disposer au mieux d’une table et d’un siège à hauteur d’enfant ou, plus probablement, à écrire sur vos genoux puisque, de toute façon, vous allez changer de place pendant la séquence. Prévoyez donc le matériel adéquat : peu de crayons, un cahier ou des feuilles volantes que vous pourrez numéroter  et un support rigide pour vous appuyer. Vous pourrez toujours prendre à cet effet un album dans la bibliothèque de la classe mais cela risque de vous faire perdre du temps.

La prise de notes

Quand vous serez maître-formateur, les notes que vous prendrez lors d’une visite de classe vous aideront à rédiger un rapport ou du moins à garder une trace écrite de vos observations, trace écrite que vous communiquerez à l’intéressé ou qui vous aidera à élaborer une progression dans les conseils que lui donnerez tout au long de l’année.
Rien de tel dans la situation d’examen. Vos notes n’ont qu’une fonction : vous permettre de construire sans délai un entretien devant un jury. En outre, il va sans dire que personne du jury ne demandera à les voir. Il faudra donc qu’elles répondent à des exigences de lisibilité maximales – vous disposerez de très peu de temps pour les relire et organiser l’entretien – mais uniquement à votre adresse – toutes vos abréviations personnelles sont recevables...

Il n’y pas une méthode estampillée pour la prise de notes dans cette situation ; chacun construit la sienne souvent de manière empirique. Néanmoins, vous pouvez demander aux conseillers pédagogiques de votre circonscription comment ils s’y prennent et, dans la mesure du possible, vous entrainer lors de visites où vous les accompagnerez.

Faut-il avoir une grille d’observation ? Certains la considèrent indispensable, d’autres encombrante. En revanche, ce qui est incontournable c’est d’avoir défini au préalable ce qu’on va devoir observer quitte, dans le feu de l’action, à écarter certains aspects mal adaptés à la situation vécue. La liste d’indicateurs que vous trouverez en annexe se propose de guider votre regard ; à vous de juger si vous devez l’utiliser sous forme de grille ou simplement intégrer certains éléments sous un forme plus souple.
Dans ce dernier cas, va se poser une autre question, celle de la gestion de votre feuille sur laquelle vous allez devoir très vite ensuite retrouver l’essentiel.

Quelques suggestions :

 

2. Quelques indicateurs

Conception d’ensemble

Votre critique ultérieure va devoir porter sur la séquence présentée – pertinence, cohérence, efficience… - et sur des aspects transversaux - le rôle de l’ATSEM, le climat de la classe, la parole magistrale…. Nous retenons donc cette organisation mais un déroulé qui épouserait la chronologie de ce que vous allez voir en classe serait concevable.

I. Le déroulement de la séquence

1. En collectif :

  • Les rituels
  • Autre séance en collectif
  • Séance en collectif relevant du domaine "Agir avec son corps"

2. En ateliers :

  • L’atelier dirigé
  • L’atelier semi-autonome
  • Les ateliers autonomes
II. Les aspects transversaux
Quelques remarques
  1. La liste d’indicateurs vise à une certaine exhaustivité ; vous ne parviendrez pas à tout exploiter.
  2. La conduite de la séance par le maître en collectif ou en atelier dirigé et l’activité effective des élèves constituent la première priorité.
  3. Les éléments transversaux ne doivent pas, dans la situation particulière d’une épreuve de CAFIPEMF, revêtir tous la même importance. Il faut privilégier ce qui porte sur l’attitude du maître et celle des élèves.
  4. Ce qui porte sur l’environnement de la séquence - préparation, outils du maître, aménagement de la classe - vous renseignera sur l’engagement de l’enseignant dans son travail. En temps normal, un maître formateur doit s’y arrêter. Dans le cadre de l’épreuve vous devrez y faire allusion dans deux cas :
    • Si vous constatez des erreurs manifestes à rectifier tout de suite : fautes d’orthographe sur des affiches, matériel dangereux à portée des élèves
    • Si, face à une séance complètement ratée, vous cherchez des points positifs pour encourager le débutant.

 

3. La préparation de l’entretien

Synthétiser votre opinion sur la séquence

Il est important qu’au terme de la séquence que vous avez observée vous soyez capable de dire très globalement ce que vous en pensez, important mais difficile car comme vous manquez d’expérience et de recul, vous aurez  sans doute une impression assez mitigée. Il va donc falloir que vous parveniez à distinguer ce qui a été réussi de ce qui laisse à désirer, préalable à toute tentative d’analyse.

Plusieurs stratégies sont possibles avec, bien sûr, leurs limites :

Attention toutefois à ne pas sombrer dans une sorte de contrôle de conformité peu productif.

Attention toutefois à ne pas oublier que c’est de ce que vous avez vu qu’il faut parler.

Attention toutefois à ne pas écarter par ce biais des séances d’entraînement ou de renforcement.

Déterminer les grands axes de l’entretien

Ils dépendent bien évidemment de l’opinion que vous vous êtes faite de ce que vous avez vu, de ce qu’il faut, selon vous, réorienter ou conforter. Pour s’assurer de ne pas laisser de côté un aspect déterminant, nous vous suggérons de vous limiter à deux directions, trois au maximum, qui seront :

Une fois cette structure interne posée, il vous restera à :