Comment favoriser l’apprentissage du vocabulaire ?

Télécharger le document

A. Le rôle de l’enseignant

1. Comprendre le rôle du vocabulaire dans les apprentissages

Dans les apprentissages, le vocabulaire a un rôle essentiel dans :

- La maîtrise de la lecture par accélération de la reconnaissance des mots. Pour qu’il y ait reconnaissance il faut qu’il y ait connaissance.

- La compréhension de l’écrit : un texte comptant plus de 5% de mots inconnus devient incompréhensible pour un lecteur.

2. Maîtriser quelques notions

Lexique/vocabulaire :

Lexique : l’ensemble des mots d’une langue

Vocabulaire : une partie de ce lexique (le vocabulaire d’un enfant)

Vocabulaire passif/vocabulaire actif :

Vocabulaire passif : l’ensemble des mots compris voire simplement connus

Vocabulaire actif : l’ensemble des mots utilisés.

Mots pleins/mots outils :

Mots pleins : ils renvoient à un signifié concret (Le chat noir bondit sur la table) ou abstrait (Le courage des premiers membres de la Résistance)

Mots outils : ils relient les mots pleins entre eux

Champ lexical/champ sémantique

Champ lexical : l’ensemble des mots de diverses natures que l’on rencontre dans un même contexte (chaleur, étouffant, transpirer). On parle aussi de champ associatif

Champ sémantique : l’étendue des significations que peut prendre un mot

Morphologie/sémantique

Morphologie : l’étude de la composition des mots. Relèvent de la morphologie les notions de radical, de préfixes, de suffixes, de dérivation, de famille de mots

Sémantique : l’étude du sens des mots. Relèvent de la sémantique les notions de synonymie, de polysémie, d’antonymie, de degré.

Sens propre/sens figuré : attention le sens le plus courant n’est pas toujours le sens propre (énerver, révolution…)

3. Opter pour l’attitude langagière la plus favorable

L’enseignant doit offrir à la classe un langage oral dont toute approximation est bannie et veiller à mettre son langage à la portée des enfants. En ce qui concerne le lexique, il s’agit de :

 

B. Les modalités d’enseignement

1. Développer le versant lexical dans chaque domaine d’activité

Le premier vocabulaire dont l’enfant va avoir besoin en classe, c’est le vocabulaire scolaire général puis le vocabulaire scolaire spécifique à chaque domaine d’activités.
Ces deux types de vocabulaire se rencontrent dans le cadre des activités banales de la classe mais ne s’apprennent pas exclusivement par imprégnation. Il convient de réfléchir à ce que l’on peut mettre en œuvre pour que ce vocabulaire soit mémorisé.

2. Conduire des séquences d’apprentissage du vocabulaire

L’enseignement du vocabulaire doit se systématiser, c’est-à-dire reposer sur des programmations et une préparation, ce qui n’interdit pas les « reprises » ; il faut opter pour une approche spiralaire.
Il doit porter en priorité sur le vocabulaire le plus élémentaire sans privilégier une classe de mots et particulièrement les noms communs renvoyant à des signifiés concrets.

3. Renforcer la relation entre la littérature et l’apprentissage du lexique

La connaissance du lexique est nécessaire à la compréhension de la littérature mais la lecture littéraire enrichit les connaissances lexicales. Il faut donc faire entrer les élèves dans ce cercle vertueux. Tout texte littéraire proposé aux élèves doit donner lieu à une analyse lexicale préalable de l’enseignant qui, en fonction des difficultés du texte et du niveau de ses élèves, décidera d’opter pour :

Des analyses lexicales de textes sont disponibles dans l'espace Albums du site.

4. Organiser le réemploi des mots

Il faut organiser des situations d'oral (petits groupes de niveau homogène, jeux autour des albums étudiés...) qui permettront à l'enseignant de mettre les élèves dans l'obligation de réutiliser les mots travaillés, ou du moins leur permettre de les intégrer dans le vocabulaire passif. la mise en place de ces situations suppose :

Il ne semble pas utile de concevoir des supports individuels, on s’appuiera donc sur des panneaux référentiels, mais il faut se souvenir que, quel que soit le support, il ne devient utile que si on y recourt fréquemment en classe pour des activités de mémorisation

Quelques supports possibles :

L’imagier : il peut s’appuyer sur un imagier existant ou se fabriquer avec les élèves. Il suppose un lot d’images, une boîte style boîte à chaussures contenant des boîtes plus petites.

Le tableau par classes grammaticales : il est tout à fait adapté pour garder la mémoire du vocabulaire rencontré dans un album. Il peut s’accompagner de dessins, de photocopies prises dans l’album pour évoquer la situation de référence.

Le lot d’étiquettes : Il peut convenir à partir de la moyenne section pour le vocabulaire rencontré par champ lexical, lors d’un domaine d’activité ou de la lecture d’un album. C’est un support pour les activités de mémorisation. L'élève tire une étiquette au hasard, la montre à l'enseignant qui la lit. L'élève doit alors donner une définition du mot.

Le papillon des contraires : un support matériel qui, par le biais de la symétrie permet de visualiser la notion de contraire. On peut aussi jouer sur l’opposition noir/blanc.

Le train des degrés : un support matériel qui, par le biais d’une suite de wagons d’une couleur de plus en plus foncée permet de visualiser la notion de degrés.

L’arbre des mots de la même famille : le tronc c’est le radical ; les branches portent les mots dérivés.