L’évolution du langage de 1 an à 6 ans

Télécharger le document
Âge de l’enfant

Compétences langagières

Conseils aux adultes de proximité

Entre
1 et 2 ans

  • Reconnaît son nom
  • Reconnaît quelques mots courants
  • Réagit au "non"
  • Identifie les intonations d’interrogation, d’approbation ou de désapprobation
  • Comprend des instructions simples
  • Dit deux ou trois mots en plus de "maman" et "papa"
  • Imite des mots familiers

 

  • Répondre aux roucoulements, gazouillis et autres sons oraux que produit l'enfant
  • Parler à l’enfant lorsqu’on s’occupe de lui en veillant à bien articuler et à moduler sa voix
  • Nommer les objets qui l’entourent
  • Répéter comptines et chansons
  • Raconter des histoires
  • Commencer à lire des albums

Signaux d’alerte :

  • Le babil n’évolue pas

Entre
2 et 3 ans

  • Comprend entre 200 et 500 mots
  • Exécute des consignes simples (à deux actions successives)
  • Adopte les premières règles sociales de communication : fait le geste " "au revoir", "merci" à la demande puis spontanément 
  • Ecoute une histoire pendant 5 minutes
  • Dit son prénom (avec des erreurs de prononciation)
  • Imite les sons des animaux familiers
  • Utilise de 80 à 200 mots dont les noms des personnes qui l'entourent
  • Est capable de combiner deux mots, par exemple, "papa pati»
  • Parler avec lui et non devant lui
  • Réagir à ses essais langagiers par l’action et surtout par le verbe
  • Lui montrer des objets, les nommer, les décrire, les comparer avec d’autres
  • Utiliser systématiquement un langage d’accompagnement (mettre en mots les actions les plus courantes)
  • Parler correctement en articulant bien
  • Lui lire régulièrement des histoires adaptées à son âge.

Signaux d’alerte :

  • Ne comprend pas les phrases simples
  • N’associe pas deux mots
  • N’enrichit pas son vocabulaire
  • Ne prononce pas de consonnes

Entre
3 et 4 ans

  • Comprend des ordres complexes (rapport autre que temporel entre les actions)
  • Enrichit fortement son vocabulaire
  • Comprend des substantifs, des verbes, des adjectifs abstraits (la colère, détester, méchant)
  • Comprend des concepts temporels simples, par exemple, "hier soir", "demain"
  • Parle avec lui-même et avec ses jouets
  • Parle à d'autres enfants ainsi qu'aux adultes
  • Demande "ké sé ?" (qu'est-ce que c'est?)
  • Utilise des énoncés négatifs de deux mots, par exemple, "veux pas"
  • Dit son prénom et se désigne par "moi" puis "je"
  • Nomme spontanément des objets courants qu'il voit dans la réalité ou dans les livres
  • Utilise :
    • les articles indéfinis
    • quelques prépositions de lieu
    • les pronoms personnels "toi", "lui"
    • les adjectifs possessifs de la 1ère  personne
    • les auxiliaires, le passé composé, l’infinitif, les premières coordinations
  • Enrichir son vocabulaire en nommant ce qui l’entoure, ce qu’il  ressent, ce que les autres peuvent ressentir
  • Garder un langage d’accompagnement et commencer à utiliser un langage d’évocation.
  • Intensifier la lecture d’histoires et s’assurer de la compréhension
  • Habituer l’enfant à écouter pour exécuter des consignes simples
  • Poser des questions qui ne permettent pas une réponse par oui ou non ou par un seul mot
  • Demander à l’enfant de transmettre des messages élémentaires à un autre adulte : "Dis à ton frère que le repas est prêt", "Dis à Mme Durand qu’il faut te moucher"
  • Écouter attentivement l’enfant lorsqu’il parle. Ne pas corriger systématiquement ses énoncés mais répondre par des énoncés corrects.

Signaux d’alerte :

  • Ne comprend pas les histoires simples même reformulées dans un langage oral
  • Ne produit pas de phrases
  • Se limite à des énoncés à deux mots (sans articles ni prépositions)
  • Déforme les phonèmes au point de devenir incompréhensible à un adulte qui ne le connaît pas

Entre
4 et 5 ans

  • S’exprime par des phrases de plus de 5 mots
  • Pose des questions sur l’objet, le lieu, la cause, la manière
  • Raconte des histoires vraies ou imaginaires : "fabule"
  • Utilise :
    • les pronoms personnels,
    • le pluriel et le bon genre des noms courants 
    • les complétives et les relatives,
    •  des prépositions : à, dans, avec, sur, sous…,
    • les marques de possession,
    • la négation,
    • le présent et le passé, le futur périphrastique
  • Utiliser des structures plus complexes, des connecteurs, des conjonctions, des pronoms relatifs…
  • Recourir plus souvent à un langage d’évocation pour rappeler ce qui a été vécu, pour évoquer ce que l’on va faire.
  • Amener l’enfant à comparer les objets, à percevoir et à décrire les ressemblances et les différences
  • Aider l’enfant à mémoriser en s’appuyant sur le langage
  • Encourager l’enfant à raconter des histoires à l'aide de livres et d'images

 Signaux d’alerte :

  • Ne comprend pas les histoires simples
  • Ne fait que des phrases courtes, mal structurées
  • Déforme un grand nombre de phonèmes

Entre
5 et 6 ans

  • Dispose d'un vocabulaire d'environ 2 000 mots
  • Définit les objets en fonction de leur usage, de leur matière ou de leur contenu
  • Comprend les relations spatiales d’éloignement et de proximité 
  • Comprend les relations temporelles d’antériorité, de postériorité et de simultanéité.
  • Perçoit les notions de contraire, de synonymie, de degré pour des concepts simples.
  • Adopte une attitude réflexive sur la langue
  • Commence à organiser son vocabulaire par terme générique ou classe grammaticale
  • Peut expliquer des mots
  • Pose des questions et recourt à la phrase interrogative.
  • Produit des énoncés clairs, ordonnés, structurés et respectant l’ordre chronologique
  • Utilise toutes sortes de phrases dont les circonstancielles de cause et de conséquence
  • Utilise le subjonctif, le conditionnel, l’imparfait.
  • Reconnaît et différencie les phonèmes quelle que soit leur place dans les énoncés mais ne parvient pas toujours à bien les situer.
  • Proposer à l’enfant des énoncés variés : parole narrative, discursive, poétique, hypothétique, argumentative…
  • Amener l’enfant à manier les diverses possibilités du langage : raconter, expliquer, déduire…
  • Lui présenter des supports écrits variés : albums, ouvrages documentaires, presse enfantine.
  • Intensifier la rencontre de la langue écrite par des lectures quotidiennes
  • Encourager l’enfant à passer d’énoncés oraux spontanés à des énoncés écrits
  • Développer sa perception auditive et visuelle ; lui apprendre à la verbaliser
  • Développer sa motricité fine

Signaux d’alerte :

  • L’enfant reste à une compréhension superficielle des textes lus ou des histoires racontées
  • Sa production orale demeure embryonnaire avec des phrases mal structurées
  • Il articule mal
  • Il construit mal les repères spacio-temporels
  • Il fait de nombreuses inversions graphiques
  • Il ne manifeste pas d’envie d’apprendre à lire