Mon enfant à la maternelle

Vous trouverez ici des éléments de réponses aux questions fréquemment posées lors de la scolarisation en maternelle. Celles-ci sont regroupées par thèmes :

 Rythme de vie

 Évaluation

 Vie de l'école

 Activités

 Divers

 Aide personnalisée

Cliquez sur la question pour lire la réponse.

Téléchargez ou consultez en ligne le Guide pratique des parents proposé par le Ministère de l'Éducation Nationale

 Rythme de vie du jeune enfant. Aspects éducatifs et affectifs

 Souvent mon enfant n’a pas le temps de déjeuner le matin, ne peut-on pas lui offrir une collation à l’école ?
Il est tout à fait possible que votre enfant prenne une collation en arrivant à l’école pendant le moment de l’accueil. Il y a peut-être d’autres enfants dans son cas. Il faut en parler à l’enseignante qui vous dira comment elle compte organiser cette collation qui ne doit pas non plus perturber la bonne marche de la classe.
 Lorsque mon aîné était en maternelle, il y avait un goûter à 10 h. Maintenant, il paraît que c’est interdit. Est-ce vrai ? Pourquoi ?
La collation à l’école a fait l’objet de réflexions par un groupe de spécialistes et des textes officiels sont parus pour en donner les principes généraux (B.O. n° 1 du 14/02/02) et des recommandations (texte du ministre de l’Education nationale et de la recherche 25/03/04).
Il y est dit que les moments de goûter ou de restauration scolaire sont des temps d’éducation (à l’hygiène alimentaire, à la conduite à table, au partage). La collation ne peut être vue qu’à travers le problème grandissant de l’obésité et du surpoids, elle doit aussi tenir compte des dimensions affectives, sociales et culturelles. La collation n’est ni systématique, ni obligatoire, elle doit répondre à un besoin et peut être proposée à la demande. Elle doit être donnée aux élèves au minimum deux heures avant le déjeuner, 10h est un horaire trop tardif. Une collation prise dans la première demi heure de classe semble être un moment favorable.
Il convient, en partenariat avec les municipalités et avec les parents, de veiller à offrir des aliments et des boissons diversifiés en privilégiant l’eau, les purs jus de fruits, le lait et les produits laitiers, les fruits. On évitera les biscuits, les boissons et les céréales sucrées ainsi que les aliments riches en matières grasses.
Cf. textes officiels sur le site : http://eduscol.education.fr/DO189/collation.htm
 Je voulais amener un gâteau pour l’anniversaire de ma fille mais la maîtresse m’a dit qu’elle en ferait un en classe. J’ai eu l’impression qu’elle se méfiait de ce qu’on apportait. Pourquoi ?
L’enseignante est responsable de ce qui est consommé dans sa classe: elle seule est au courant des éventuelles allergies ou intolérances alimentaires de ses élèves. Elle doit donc veiller elle-même au choix des ingrédients qui entrent dans la composition du gâteau.
Par ailleurs, l’enseignante peut faire le choix pédagogique d’organiser les anniversaires autour d’activités culinaires. Vous pouvez vous entendre avec elle sur la manière de participer à cette fête (décors, bougies, aide par votre présence…)
 Mon fils ne mangera pas à la cantine car ne travaillant pas, je peux le récupérer pour déjeuner. Par contre il fait la sieste jusqu'à 14h. Serait-il possible de le conduire en classe lorsqu'il se réveille pour qu'il puisse suivre les activités avec ses petits camarades ?
Compte tenu de la disparité des organisations du temps scolaire, d’une école à une autre, d’une commune à une autre, il ne peut y avoir une seule et unique réponse. En effet, des écoles reçoivent les enfants de PS après la sieste vers 15h, d’autres pas. Peut-être est-il fait référence à cette question dans le projet d’école. C’est, en tous cas, un sujet qui peut-être débattu en conseil d’école.
 Mon fils est entré en maternelle en septembre. Tout se passe bien sauf la sieste. Il pleure tous les après-midi car il ne veut pas dormir. Est-ce normal qu’on l’oblige à se coucher ?
La sieste n’est pas obligatoire pour les élèves de section de petits mais presque tous en ont besoin. Il ne faut pas penser que votre enfant ne voudra plus se coucher le soir à la maison parce qu’il dort un moment à l’école ; au contraire, s’il ne fait pas la sieste à l’école, il sera souvent trop énervé le soir pour parvenir à s’endormir. A l’école, la maîtresse et l’ATSEM veillent à ce que l’endormissement se fasse dans de bonnes conditions, donnent les "doudous", restent auprès des enfants au début de la sieste et, au bout de quelques jours, tout se passe très bien dans la quasi-totalité des cas. Si votre enfant ne parvient vraiment pas à s’endormir, continue de s’agiter ou de pleurer, la maîtresse renoncera à lui faire faire la sieste et le gardera avec des plus grands.
 Ma fille a pour "doudou" un vieux chiffon qu'elle emporte toujours avec elle. Peut-elle le prendre en classe ?
Le "doudou", le "nounours" sont les objets sécurisants qui permettent à la plupart des enfants d’entrer dans le monde de l’école. Il est important en début d’année de rassurer l’enfant et de prendre en compte son inquiétude, sa difficulté à vivre la séparation. Si l’enseignant le permet, l’enfant arrive dans la classe avec cet objet puis progressivement il le quitte et va le ranger dans un lieu prévu à cet effet en entrant dans la classe.
Quand l’enfant sera à l’aise et sera bien intégré dans la classe, il n’en aura plus besoin et s’en séparera de lui-même ou à l’invitation de l’enseignant. Il sera alors un élève.
 Pourquoi y a-t-il toujours une personne avec la maîtresse dans les classes en maternelle ?
Cette personne est une ATSEM (Agent Territorial Spécialisé des Écoles Maternellesmise à disposition de l’équipe enseignante par la commune pour une assistance essentiellement en matière d’hygiène, habillage et sécurité.
La plupart du temps ces personnes qui ont reçu une formation exercent aussi, sous la responsabilité de l’enseignante de la classe, une fonction éducative dans et hors la classe. Dans les classes, nos enfants ont autant affaire aux ATSEM qu’aux enseignants.
 Les ATSEM reçoivent-elles une formation ?
Oui. La formation des ATSEM relève de la commune ; elle les prépare à accompagner les élèves dans l’école, sous la responsabilité des enseignants et particulièrement de l’enseignant de la classe.
 Mon enfant va entrer à l’école maternelle. Puisqu’elle n’est pas obligatoire, est-ce que je pourrai de temps en temps le garder avec moi quand il n’arrive pas à se lever le matin ?
Le texte officiel précise : "Les enfants français et étrangers peuvent être accueillis à l’école à 3 ans. Ils peuvent également être admis dans la limite des places disponibles s’ils ont atteint l’âge de 2 ans au jour de la rentrée scolaire, à condition qu’ils soient physiquement et psychologiquement prêts à la fréquenter."
Il est important, pour les parents que la relation avec l’école apparaisse immédiatement comme un lien contractuel qui engage les partenaires dans un projet commun et non comme une simple offre de service.
Même si la scolarisation à l’école maternelle n’est pas obligatoire, la famille qui confie son enfant à l’école s’engage à respecter le règlement intérieur. Toutefois, avec les plus petits, il est possible d’envisager des solutions plus adaptées qui, dans certains cas, assouplissent ces contraintes mais, en aucun cas, l’école ne peut être utilisée comme une halte garderie. Chaque situation peut être étudiée et faire l’objet d’un "contrat" spécifique susceptible d’évoluer.

 Activités

 Est-ce que l’on apprend déjà à lire à l’école maternelle ?
L’école maternelle n’a pas pour objectif d’apprendre à lire aux élèves mais elle joue un rôle essentiel dans cet apprentissage en développant le langage oral des enfants et en les sensibilisant à l’écrit. L’apprentissage systématique de la lecture a lieu en Cours Préparatoire (CP) ; il se poursuit en Cours Élémentaire 1ère année (CE1).
 Depuis le début de l’année, mon fils compte jusqu’à 30 dans sa classe. Pourquoi ne lui apprend-t-on pas à aller plus loin alors qu’il va entrer en CP l’an prochain ?
On compte jusqu’à 30 en maternelle parce que cela correspond au nombre de jours du mois et à l’effectif de la classe. On pourrait bien sûr aller plus loin mais cela risquerait de devenir artificiel puisqu’il n’y aurait pas de quantité correspondante à dénombrer.
À ce stade et pour réussir en CP, il est surtout important que les enfants récitent sans erreur le début de la comptine numérique, sachent associer les premiers nombres oraux aux nombres écrits en chiffres, soient capables de les repérer sur la frise numérique, de nommer celui qui précède, celui qui suit. En fait, cela représente pour eux beaucoup plus d’efforts de concentration qu’on ne le pense.
 Quand je demande à mon fils ce qu’il a fait à l’école, il me répond qu’il a joué et dessiné. Pourquoi ne fait-on pas plus travailler les élèves en maternelle ?
Le jeune enfant n’a pas encore la faculté d’analyser et de décrire toutes les activités qu’il a faites dans sa journée. Il se souvient de ce qui l’a marqué ou intéressé ou de ce qu’il a fait en dernier. Le jeu étant l’activité normale de l’enfant, l’enseignant va utiliser ce moyen pour faire acquérir connaissances et compétences ; le jeu sera le support privilégié pour communiquer, apprendre à dénombrer, découvrir l’environnement, développer ses capacités physiques… Le dessin est aussi le moyen de représenter une situation vécue, de laisser une trace écrite d’une activité, d’exprimer un sentiment, de créer…
Sous le jeu et le dessin se cachent de multiples apprentissages dans tous les domaines de la maternelle. Il est donc tout à fait normal que votre enfant dise qu’il n’a fait que jouer et dessiner, mais vous devez savoir qu’il a travaillé et que l’enseignant a fait passer des connaissances dans les activités proposées.
 J’ai voulu voir le travail de ma fille qui vient d’entrer en PS. La maîtresse m’a montré un dossier où il n’y avait quasiment rien. Mon neveu est lui aussi en PS mais lui, il fait des fiches. Pourquoi ma fille ne fait-elle rien ?
En début de petite section les enseignantes veillent essentiellement à ce que les enfants se socialisent et se mettent à parler en classe. Beaucoup d’acquisitions se font par la manipulation, l’imitation, l’exploration. Ces activités ne donnent pas forcément lieu à une trace écrite qui est le plus souvent réservée à l’évaluation de fin d’unité d’apprentissage. En aucun cas le volume de fiches données aux enfants ne reflète l’intégralité du travail effectué en P.S.
 La nouvelle maîtresse fait de l’éducation physique tous les jours. Faut-il vraiment que j’habille tout le temps ma fille avec un jogging ?
En maternelle, il est spécifié que les élèves bénéficient tous les jours d’une séance d’éducation physique afin de se familiariser avec de nombreuses expériences corporelles. La variété des situations proposées ne va pas imposer un jogging tous les jours. Il est donc souhaitable d’en parler avec l’enseignante qui saura conseiller judicieusement les parents.
 Quand mon fils va à l’atelier peinture, il rentre tout taché. La maîtresse me dit qu’elle lui met un tablier. Que peut-on faire ?
On ne laisse jamais les élèves aller au coin peinture sans leur mettre un tablier mais parfois cela ne suffit pas. Peut-être pourriez-vous remettre à la maîtresse une vieille chemise qu’elle fera enfiler à votre enfant quand il fait de la peinture ? Vous pouvez aussi, en demandant les jours où il va à cet atelier, l’habiller en conséquence avec des vêtements qui "ne craignent pas" cela ne choquera personne. De manière générale, il vaut mieux habiller votre enfant très simplement lorsqu’il va à l’école, il sera plus à l’aise pour pratiquer toutes les activités qui lui seront proposées.
 Ma fille me dit qu’elle fait la peinture avec Danielle, les jeux de cartes avec Danielle… Danielle c’est l’ATSEM. Est-ce normal qu’elle fasse travailler les enfants alors que ce n’est pas elle l’enseignante ?
Il est normal que l’ATSEM accompagne les élèves dans des activités conçues et supervisées par l’enseignant. Elle a aussi des relations privilégiées avec les enfants (soins d’hygiène, restauration…) ce qui explique que ceux-ci parlent beaucoup d’elle.

 Aide personnalisée

 La maîtresse me dit que mon fils de 5 ans et demi a besoin d’aller en soutien après la classe. Est-ce que cela veut dire qu’il ne pourra pas apprendre à lire l’an prochain ?
L’enseignant a remarqué que votre fils avait des difficultés dans certains domaines. Il lui propose une aide supplémentaire, en petit groupe, afin qu’il aborde le CP avec de meilleures chances de réussite.
 Pourquoi la maîtresse garde-t-elle certains élèves en petits groupes après la classe et pas les autres ?
La maîtresse organise, avec les élèves qui rencontrent des difficultés, des activités d’aide personnalisée en petit groupe, pendant une période décidée par l’équipe pédagogique. Au fil de l’année ces groupes sont amenés à varier en fonction des besoins des élèves.
 J’ai accepté que ma fille aille à l’aide personnalisée. Cela m’oblige à la laisser à la cantine le mardi et le jeudi. Le soir elle est très fatiguée. Est-ce que cela va durer tout le temps ?
L’aide personnalisée peut en effet accroître la fatigue des élèves qui en bénéficient, mais elle participe à leur réussite scolaire. De manière générale, cette aide reste limitée dans le temps.
 Les enseignants me disent que mon fils doit rester au soutien, mais, au soutien, il ne fait que jouer. A quoi ça sert ?
Lors de l’aide personnalisée, l’enseignant a souvent recours à des situations de jeu pour obtenir une meilleure participation des enfants, mais les objectifs d’apprentissage ne sont jamais perdus de vue.

 Évaluation

 Mon enfant est en MS, l’enseignante vient de nous montrer son "livret d’évaluation". Est-ce bien utile de déjà cataloguer un enfant si jeune ?
Comme les textes officiels le prévoient, l’évaluation fait partie de l’action pédagogique de tout enseignant. L’évaluation est une photographie, à un moment donné de ce que sait l’enfant, de ce qu’il a intégré et de ce qu’il est capable de restituer ou d’utiliser. Il ne s’agit pas de "cataloguer" un élève mais bien au contraire de pouvoir l’accompagner dans ses apprentissages en lui offrant de travailler sur des situations qui lui permettront d’acquérir les connaissances qui lui manquent.
L’évaluation est nécessaire car elle renseigne :
- l’enseignant sur les acquis et les manques de l’élève et elle lui permet donc de proposer à cet élève des situations d’apprentissage adaptées à ses besoins,
- l’élève sur ce qu’il sait et ne sait pas encore, il est ainsi conscient du chemin qu’il lui reste à faire dans ses apprentissages, il faut le lui expliquer,
- les parents sur les connaissances de leur enfant, sur ses progrès et/ou ses difficultés.
 Sur le livret d’évaluation de mon enfant, j’ai lu : "Ne pense qu’à jouer". Je ne vois pas en quoi c’est choquant qu’un enfant de 5 ans aime le jeu.
Un des rôles principaux de l’école maternelle est d’aider l’enfant à se construire en tant qu’élève. C’est à dire que peu à peu il doit accéder à un comportement qui lui permettra de mettre en œuvre des conduites scolaires favorables aux apprentissages.
Il est tout à fait normal qu’un enfant aime le jeu mais si l’enseignante a écrit "ne pense qu’à jouer" c’est sans doute parce qu’elle s’inquiète de ce que votre enfant ne semble pas s’intéresser aux activités qu’elle lui propose à l’école ou qu’il ne parvient pas à se discipliner. C’est une alerte et il faut aller la rencontrer pour comprendre ce qui se passe.
 La maîtresse me dit que mon enfant a des problèmes pour parler. À la maison nous le comprenons très bien.
Les parents, les frères et sœurs comprennent très vite un très jeune enfant parce qu’ils partagent le même cadre, qu’ils peuvent voir ce que l’enfant désigne. À l’école c’est différent, il faut que l’enfant se mette à parler "comme les grands" sinon on ne le comprendra pas. La maîtresse vous dit que votre enfant a des problèmes pour parler. Peut-être est-il plus timide que les autres ? Dans ce cas, il parlera petit à petit seul avec l’adulte. Peut-être n’articule-t-il pas assez bien pour se faire comprendre ? Il faut en parler avec l’enseignante qui vous décrira ce qu’elle constate et trouvera avec vous une solution adaptée. Les enfants surmontent souvent très bien ce type de difficultés à condition qu’on intervienne rapidement.

 Vie de l'école

 À la rentrée la directrice n’a pas voulu prendre mes jumelles qui ont 2 ans et 8 mois parce qu’il n’y avait pas de places dans l’école. Or l’an dernier, elle a accepté trois enfants qui étaient encore plus jeunes. Est-ce normal ?
Les enfants qui n’ont pas trois ans sont accueillis à l’école maternelle dans la mesure où il reste des places. L’an dernier, il devait y avoir un peu moins d’enfants de trois ans que cette année ce qui a permis de prendre quelques enfants de deux ans. Cette année, c’est impossible. C’est vrai que cela peut paraître injuste mais il ne faut pas accueillir un tout jeune enfant dans une classe trop chargée, cela pourrait le dégoûter de l’école. Mieux vaut donc attendre un an de plus.
 Quand la maîtresse de ma fille est absente, on me demande de garder ma fille à la maison. Ce n’est pas normal surtout qu’il y a des élèves qui restent à l’école.
En cas d’absence de l’enseignant, on ne peut renvoyer un élève chez lui y compris en maternelle. En revanche, il est vrai que l’école peut suggérer aux parents qui le peuvent, de garder leur enfant afin de lui éviter une journée dans une classe surchargée qui ne pourra respecter son rythme d’apprentissage.
 Je ne peux accompagner mes enfants à l’école que l’après-midi et on doit les laisser dans la cour. Le matin je sais que les parents vont dans les classes mais comme moi je travaille le matin et en fin d’après-midi, je ne peux jamais voir la classe de mes enfants.
L’équipe pédagogique détermine les modalités de l’accueil des élèves dans les classes. Il est tout à fait légitime que vous souhaitiez voir la classe de votre enfant. Le plus simple serait que vous demandiez un rendez-vous à l’enseignant qui se rendra volontiers disponible.
 Ma fille a encore attrapé des poux. Pourquoi ne renvoie-t-on pas à la maison les élèves qui en ont toujours pour obliger les parents à les traiter ?
Le traitement de la pédiculose est un réel problème dans les collectivités. Les enseignants cherchent à exercer leur pouvoir de conviction pour obtenir de l’ensemble des familles un traitement simultané de tous les élèves.
Seul le médecin scolaire peut demander l’éviction momentanée d’un élève.
 Dans notre école maternelle l’accueil dure jusqu’à 8h 40. La semaine dernière, je suis arrivée à 8h 42 et on m’a laissée à la porte avec mon fils. Je trouve cela exagéré pour un retard de deux minutes.
En maternelle, comme en élémentaire, l’entrée en classe est fixée à 8h 30, l’accueil des élèves commençant 10 minutes plus tôt. Une tolérance existe en maternelle jusqu’à 10 minutes après l’entrée en classe. A 8h 42, les élèves ont déjà bénéficié de 12 minutes de temps de classe ; tout retard est perturbant pour la communauté scolaire mais aussi pour l’enfant concerné.
 Ma fille a eu un peu de fièvre cette nuit, mais elle n’est pas vraiment malade. J’ai voulu remettre à son maître un cachet au cas où… Il a refusé. Est-ce normal ?
La loi interdit aux enseignants d’administrer quelque médicament que ce soit à un élève hormis dans le cadre d’un PAI (Projet d’Accueil Individualisé), prévu en cas de maladie chronique, élaboré avec le médecin traitant et co-signé par le médecin scolaire.

 Questions particulières

 Est-ce que nous devons parler français à la maison ou continuer avec notre langue maternelle ?
L’utilisation de la langue maternelle à la maison n’empêche pas l’enfant d’apprendre le français, bien au contraire. Il est important que les parents communiquent avec leur enfant dans la langue de la maison afin de développer ses acquis dans cette langue et pour que l’enfant soit conscient que cette langue n’est pas étouffée ou reniée.
Beaucoup d’enseignants font une place aux diverses langues maternelles des élèves de la classe en valorisant les cultures d’origine à travers les comptines, les chants, les contes, les activités artistiques…
C’est dans la pratique des deux langues que l’enfant s’enrichira et se sentira le mieux, chacune étant reconnue à sa juste valeur.
 Mon enfant peut-il utiliser sa langue maternelle à l’école ?
La langue maternelle est une richesse. Elle peut permettre à l’enfant de s’exprimer à l’école. Il paraît donc souhaitable qu’il puisse l’utiliser en classe.
Toutefois, ses camarades et son enseignant risquent de ne pas le comprendre ce qui rend nécessaire l’apprentissage rapide de la langue française.
 L’enseignante nous a demandé de compléter à la maison le cahier de vie de notre enfant de GS. Il ne sait bien sûr pas écrire lui-même alors quel intérêt si ce sont les parents qui rédigent ?
Ce qui fait l’intérêt d’un cahier de vie c’est justement que les parents écrivent dessus pour raconter avec leur enfant ce qui se passe dans la vie familiale. Ce cahier aidera l’enfant à se souvenir et donc à parler de ce qui le touche, souvent des petits événements quotidiens : les courses au supermarché, le repas avec les grands-parents… Vous pouvez aussi lui faire coller des photos, des morceaux de prospectus qui se rapportent à son vécu, l’enseignante saura le faire parler à partir de ces éléments.
 Pourquoi mon fils en Petite Section dort-il sur un tapis dans la classe alors que d’autres sont dans des lits dans le dortoir ?
Un temps de repos est proposé à l’école maternelle. Selon les effectifs il est en effet possible que les conditions de repos ne soient pas identiques. La salle de repos peut ainsi être réservée en priorité aux plus jeunes ou aux enfants qui déjeunent au restaurant scolaire.